Archives de la catégorie: Marché de l’emploi

Marché de l'emploi

Crise : analyse et conséquences

Difficile de passer à côté de la crise et des interrogations concernant ses conséquences sur le marché de l’emploi. On a connu la semaine dernière un CAC40 qui a chuté a n’en plus finir, les journaux ne parlent que de cela et forcement les sites IT ne dérogent pas à la règle.

Petite selection d’articles à ce sujet :

  • les SSII françaises touchées par la crise : l’avis de Laurent Bervas, un ancien directeur de SSII  qui travaille désormais dans l’immobilier au Maroc (tiens je me demande s’ils embauchent des indépendants au Maroc), en reprenant différents points liés au fonctionnement des sociétés de services.
  • 2009 sera très très dure : on s’en doutait, les secousses de la crise se ressentiront sur jusqu’en 2009. Amadou Ngom, PDG de Des Systèmes et des Hommes, s’attend à passer une année 2009 mouvementée. Et pour nous les freelances ?
  • Tough times. Tough decisions : des décisions pas faciles à prendre en temps de crise, Seesmic se voit contraint de reduire ses effectifs à cause des turbulences à venir. D’une manière générale les startups devront s’accrocher pour séduire les investisseurs, si vous misez tout votre business model sur la pub vous aurez surement du mal à trouver le grand amour, ne s’appelle pas facebook qui veut ;-)
  • survie et maximisation des profits : et oui, avant on chantait la belle vie dans le monde merveilleux de l’internet, maintenant on parle de survie. L’hiver approche, serez-vous tous debout au printemps prochain ?

J’ai l’impression qu’en période de crise on a tendance à vite interpreter les évenements : un projet qui s’arrête ? C’est à cause de la crise. Un ingénieur en intercontrat? C’est la crise. Un licenciement ? C’est la crise. Le tout est de ne pas sombrer dans la parano, je pense que les conséquences de cette crise ne se sont pas encore faite ressentir à notre niveau, on vera d’ici quelques semaines.

Sinon vous sentez le vent tourner vous ?

PS : dans tout ça on a presque oublié qu’il a fait super beau ce week-end !

crise financière

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
Marché de l'emploi

C’est la crise ! Et l’informatique ?

On en entendait parler depuis un moment, c’est désormais officiel : c’est la crise ! Et pas une crise, LA crise !

Les banques internationales sont dans un sale état, les assureurs ne vont pas beaucoup mieux … quels seront les impacts sur les budgets des DSI pour les mois à venir ?

Alors qu’on parlait il y a peu encore d’une situation de quasi plein emploi pour les développeurs, l’arrivée de cette tempête financière va-t-elle avoir des conséquences sur le recrutement des prestataires ?

On est d’accord, cette crise est différente de l’éclatement de la bulle internet qui reste une période noire de référence pour l’informatique car elle ne concerne pas directement les valeurs technologiques. Cela dit étant donné que l’ensemble du système financier qui est mis à mal je ne vois pas comment l’informatique pourrait en sortir indemne.

Concrètement comment cela va-t-il se traduire ? Est-ce qu’on va tous mourrir ? A vrai dire je n’en sais rien, jusqu’ici tout va bien, wait & see …

http://innovablog.com/wp-content/files/2008/01/krach-bourse-viral-buzz.jpg

PS : si on se côtise vous pensez qu’on peut s’acheter une banque américaine ? ;-)

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
Marché de l'emploi

La bonne nouvelle de la rentrée

Histoire de ne pas rester sur une mauvaise nouvelle, voici une nouvelle un peu plus réjouissante pour les développeurs freelance JAVA.

Lu sur Le Monde Informatique, la demande pour des missions JAVA/J2EE est toujours aussi importante. Cela est plutôt bon signe pour les personnes actuellement en freelance dans ce domaine et même rassurer celles qui envisagent de se lancer prochainement.

Je ne sais pas quel crédit on peut donner à ce genre de classement, mais tant que ça nous dit ce qu’on veut entendre on va pas s’en plaindre ! ;-)

freelance java

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
Marché de l'emploi

Faut-il craindre les SSII indiennes ?

Effet de mode ou réalité économique durable, en l’espace de quelques jours je suis tombé sur un certain nombre d’articles parlant du développement des SSII indiennes aussi bien en Inde mais également en France.

Capgemini a indiqué que ses effectifs étaient restés quasi stables en Occident au premier semestre alors qu’ils ont progressé de 13,8 % dans les pays émergents. Stratégie identique chez Atos Origin. « L’accroissement net de nos effectifs sera quasi nul en Europe de l’Ouest dans les années à venir », expliquait le président du directoire, Philippe Germond, lors de l’assemblée générale en juin

Tata Consultancy Services (TCS), Infosys et Wipro devraient, selon Gartner, venir rapidement chatouiller les actuels leaders du marché des services informatiques que sont IBM, Accenture et HP/EDS. Jusqu’à peut-être prendre leurs places d’ici 2011.

En septembre, Logica ouvrira un nouveau centre de services à Chennaï (Inde), avec 100 personnes pour démarrer. Dans son communiqué, la SSII se félicite d’ailleurs de “l’appétit croissant” des clients français pour l’offshore. Dans l’Hexagone, “la moitié des nouveaux gros contrats signés ont une composante offshore”. Conséquence : la SSII a “freiné les recrutements onshore (en France donc, ndlr) au cours de ce semestre”

Ces inquiétudes me semblent pour le moins légitimes alors que trois des principales SSII européennes ont confirmé leur volonté de stabiliser leurs effectifs “occidentaux”, pour mettre la priorité sur le recrutement dans les pays à faible coût de main d’œuvre, particulièrement en Inde. Pour Capgemini, le directeur financier Nicolas Dufourcq expliquait en début de ce mois dans Les Echos : “Lorsque nous augmentons nos effectifs nets de 100 personnes, 98 d’entre elles proviennent de pays à bas coût”. Un chiffre qui frappe les esprits. Pour Atos, Philippe Germond confirmait lui aussi la même tendance lors de la récente assemblée générale de la SSII.

En France, les syndicats de salariés restent particulièrement vigilants en ce qui concerne l’offshore et notamment le développement de la présence des SSII françaises dans ces pays. Le Munci rappelle ainsi que Cap Gemini a passé la barre des 19 000 salariés dans ses implantations offshore (Inde, Chine, Pologne, Maroc), avec un objectif de 40 000 en 2010.

Quant à Steria, il disposerait déjà en Inde de 27% de son personnel, soit 20 000 salariés. La SSII se serait en outre fixée un taux de 40% de ses effectifs d’ici à 2010.

La légende de l’informaticien indien arrivant sur le marché français serait-elle en train de se réaliser ? A en croire les articles ci-dessus il semblerait que oui, et les plus grosses SSII mise sur leurs effectifs indiens. Que va-t-il alors rester au marché français ? Il parait difficilement envisageable qu’il n’y ait un jour plus aucun besoin d’ingénieurs informaticiens français, donc je ne me sens pas vraiment en concurrence avec un indien situé à plusieurs milliers de kilomètres d’ici.

Et si les SSII indiennes s’implante en France ? Aucun probleme ! Au contraire cela peut me faire un client potentiel en plus !

Une chose est sure en tout cas, le marché de l’informatique est immense et il faut prendre en compte les évolutions à moyen et long terme car face au monde qui bouge il vaut mieux penser le changement que de changer le pansement !

Capgemini Inde

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
Marché de l'emploi

Lu sur le net

  • Java reste le langage le plus utilisé : une étude montre que le langage JAVA reste un langage toujours très populaire dans les entreprises. A noter également un retour en force des langages PHP et javascript, merci au web 2.O.

sur un an le top 5 des langages les plus utilisés ne change pas. Java reste de loin le plus populaire avec une note de 21,6 %, devant l’inoxydable langage C (16,2 %) suivi de Visual Basic (10,9 %). Vient ensuite le C++ avec une note de 10,1 % talonné par le langage de script Internet PHP, classé cinquième (9,4 %).

Un des soucis est de trouver des compétences adaptées. Or, aujourd’hui, la technique souffre d’une mauvaise image en France, on fait moins souvent carrière en étant ” simple ” développeur. Et beaucoup d’étudiants s’orientent vers des carrières de chef de projet, d’architecte. Cela n’est pas propre au monde Java. ” Il est assez difficile de trouver la bonne personne. Le métier est ressenti comme trop dur. Ils font un séjour ” rapide ” (dans la technique)”,

  • Pénurie de professionnels en TI au Québec :  On parle de pénurie de compétences en France, on en parle également au Quebec qui semble connaître un boom dans le domaine de l’informatique. Des volontaires pour aller tenter leur chance là bas ?

On estime que dans quelques années voir même dans quelques mois, à moins que de nouveaux candidats soient prêts à aménager à Montréal, il n’y aura pas suffisamment de professionnels pour occuper toutes les jobs en TI générées par ces incitations fiscales.

Nombre moyen de CANDIDATURES par OFFRE (Apec)
Informatique :
2007 : 19
2006 : 32
2005 : 34
2004 : 51

  • Plein soleil pour les cadres : apparemment il fait bon être cadre en ce moment, on frise même le plein emploi. Oui mais à quel prix et pour combien de temps ?

Si la France compte encore près de deux millions de chômeurs, le plein-emploi est revenu pour les cadres. A en croire les chiffres de l’enquête emploi révélés aujourd’hui par l’Insee, seulement 3,3 % d’entre eux étaient au chômage l’an dernier. Aujourd’hui, c’est sans doute moins, car il y a plusieurs indices d’une tension encore accrue sur le marché des cadres.

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email
La vie de freelance Marché de l'emploi

Doit-on craindre une nouvelle crise du secteur informatique ?

Crise économique mondiale, crise du pouvoir d’achat, crise de l’immobilier … crise de l’informatique ?

Lorsqu’on lit les informations économiques de ces derniers jours il est difficile pour un freelance de ne pas se poser la question des conséquences d’une crise économique sur le marché de la prestation informatique. Par exemple, quand on sait que la banque d’affaires Natixis s’apprête à supprimer 1650 emplois (dont 800 chez les prestataires) on peut se demander s’il s’agit du début d’une longue série. Les plus optimistes diront qu’il s’agit d’un cas isolé et que cette banque paye les conséquences d’une mauvaise gestion, les pessimistes au contraire veront l’éclatement d’une bulle high-tech V2.

Si crise il y a, comment va-t-elle se traduire concrètement pour les prestataires indépendants ?

Est-ce que les missions pour les indépendants se feront de plus en plus rare allongeant ainsi le délais de recherche de mission ?

Est-ce qu’il va falloir diminuer significativement ses tarifs pour espérer trouver une mission ?

Peut-être qu’il n’y aura pas de crise en vue et qu’il s’agit juste d’une petite pluie passagère, mais si effectivement il y a une crise il sera difficile d’en évaluer l’ampleur surtout que dans le domaine informatique le seul point de repère en la matière et l’éclatement de la première bulle internet. D’ailleurs si certains lecteurs étaient déjà freelances à cette époque je suis preneur de leur témoignage sur la façon dont ils ont vécu cette période !

Share and Enjoy

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Add to favorites
  • Email